90 familles accueillies à l'épicerie solidaire.

Article du journal Sud-Ouest paru le jeudi 4 février 2010.

L'inauguration de l'épicerie solidaire La Bous-Sol a fait penser à l'avant-première d'une pièce de théâtre. Non sans quelque malice, Jean-Pierre Dumora, le président de l'association des Familles du Bouscat qui a reçu mission de gérer La Bous-Sol l'a d'ailleurs souligné dans son mot d'accueil.

 

Installation rapide.


En bon metteur en scène, il a demandé à chaque « acteur » de s'exprimer, d'indiquer son « rôle ». Ainsi toutes les parties prenantes sont intervenues. Mais, au-delà de cette présentation amicale et chaleureuse, ce qu'il faut retenir, c'est surtout la participation importante de tous ceux qui, fort nombreux, ont aidé à cette aventure. De ce fait, au parti pris de générosité, le pari de créer l'épicerie n'a mis qu'une année pour passer de la décision, prise en Conseil municipal le 23 septembre 2008, à son ouverture effective le 6 octobre dernier et la mise en place des ateliers, le 6 novembre.

Sans compter la rénovation des locaux par la municipalité, de nombreux dons privés ont permis cette rapide installation : vitrines réfrigérées, comptoir, étagères, congélateur, frigo, mobilier, tables, chaises, ordinateurs, imprimantes, armoires, classeurs, etc. À côté des généreux mécènes, l'aide des associations bouscataises est aussi à souligner pour fédérer et mutualiser les compétences existantes sur la commune.

C'est qu'au-delà d'une simple épicerie, La Bous-Sol est un lieu d'échange, d'écoute et de rencontre pour les usagers. Trois objectifs : lutter contre la précarité et l'isolement en respectant la dignité des personnes, accompagner à la gestion de leur budget, éduquer à la nutrition et la santé.

Deux salariés, 60 bénévoles

Les commissions ont élaboré la charte de l'usager, celle du bénévole ainsi que le règlement intérieur. La Bous-Sol accueille 90 familles soit 164 personnes. Deux salariés et soixante bénévoles travaillent à l'épicerie solidaire. Pour quatre personnes, un achat de 39 euros correspond à un panier de 253 euros en supermarché. Mieux vivre ensemble et créer du lien social, le pari est réussi. Tout cela a fait dire à Patrick Bobet - le maire du Bouscat - en présence de la députée, Chantal Bourragué, des conseillers généraux, Martine Jardiné et Dominique Vincent, d'un parterre d'élus municipaux, de tous les intervenants et donateurs, qu'« aider à choisir, c'est permettre d'être ».

 

Auteur : Pierre Pech
Article paru dans le journal Sud-Ouest le Jeudi 04 Février 2010

Les Kiwanis de Bordeaux.

Remise de chèque.
Remise de chèque.

Un chèque pour La Bous-Sol' remis par les Kiwanis de Bordeaux-Médoc qui dispose d'un site internet, par là.

 

Michel Portos et ses petits secrets.

Le chef Michel Portos cuisine et donne ses petits secrets aux bénéficiaires de l'épicerie solidaire.

Michel Portos et Eric Roux ont cuisiné devant trente convives qui donnaient leur impression en dégustant les plats. PHOTO L.B.
Michel Portos et Eric Roux ont cuisiné devant trente convives qui donnaient leur impression en dégustant les plats. PHOTO L.B.

Un poulet, des blettes et des fraises. Des produits de tous les jours. Cuisinés par le chef du Saint-James à Bouliac, Michel Portos, ils deviennent forcément plus savoureux. Démonstration mercredi soir dans les salles du Carré dans le parc de la Chêneraie. Les bénéficiaires de l'épicerie solidaire la Bous-sol'du Bouscat étaient invités. À dîner mais surtout à assister à la préparation du repas. Un moment privilégié durant lequel le chef et Eric Roux, journaliste gastronomique, leur ont livré de nombreuses astuces et secrets pour rendre à leur tour le poulet, la fraise ou la blette plus désirables dans l'assiette.

« Donner des recettes, ce n'est pas le but, dit le journaliste. Mais raconter et partager ses expériences autour de la cuisine, voilà la mission du jour. »

Le poulet, blanc ou rosé ?

« Les fraises, jamais au frigo, lance Michel Portos. Avec du poivre, de l'huile d'olive, c'est délicieux aussi. » La préparation ravit les papilles des invités. Avis plus mitigé sur le poulet, car pas assez cuit pour certains.

« Une heure au four, ce n'est pas suffisant, lance une invitée. Moi je le préfère quand il est bien blanc. » Les deux hommes derrière le piano sont enchantés. Ils voulaient dialoguer, recueillir des impressions. Les voilà servis.

La productrice du poulet en question est dans la salle. Elle écoute souriante les points de vue sur la cuisson et le goût du plat.

Ce type de rencontre est une première pour la Bous-sol'. «Le but est de créer du lien social autour de l'alimentation, explique Jean-Pierre Dumora, son président. Nous avons aussi choisi ce lieu pour la table d'hôtes car beaucoup de bénéficiaires ne le connaissent pas. »

Parmi la trentaine d'invités, il y a aussi des bénévoles de l'épicerie, les parrains de la structure, le supermarché Simply Market de Caudéran qui a participé à l'organisation de l'événement et des membres d'Andes, le réseau national qui épaule les épiceries solidaires. « Nous souhaitons développer ces rencontres autour d'un chef et d'un producteur sur tout le territoire, explique Véronique Blanchot, responsable animation du réseau.

Ces rendez-vous permettent de mixer les publics. Au-delà des secrets délivrés, on ressort surtout de ce moment privilégié en ayant écouté et vécu une belle histoire. »

L'expérience fera des petits

Le directeur du Simply Market, Frédéric Roux acquiesce. Via la fondation de la chaîne de son supermarché, il travaille déjà depuis plusieurs mois avec la Bous-sol'. « Nos employés amènent leur expertise aux bénévoles, par exemple pour la gestion des fruits et légumes. Nous mettons aussi à disposition du matériel, comme des diables, des tables de présentation à l'épicerie. »

Une aide bienvenue pour les responsables de la structure qui ont à gérer des stocks importants de nourriture.

Le poulet, finalement plutôt bien cuit, s'est retrouvé sur la table du dîner. Les trente convives ont aussi mangé de la paella préparée par le chef. Pour le dessert, des bénéficiaires de l'atelier cuisine de l'épicerie avaient préparé une salade de fruits à base d'oranges et de fraises. Presque aussi bonnes que les gariguettes assaisonnées par Michel Portos.

 

Article paru dans le journal Sud-Ouest le 14 mai 2010 09h37 | Par LAURIE BOSDECHER

Le privé donne aux assos.

Article publié dans le journal Sud-Ouest, en date du mercredi 5 janvier 2011.

Le privé donne aux assos.
Le privé donne aux assos.

L'épicerie solidaire remerciée.

L'épicerie solidaire remerciée

 

Le Kiwanis Bordeaux Médoc, club service, a organisé un loto au mois de janvier au profit de l'épicerie solidaire « La Bous-sol' ». Cette manifestation a permis de collecter 3 800 euros. Ce chèque sera bien employé : l'an dernier l'épicerie solidaire a accueilli 140 familles en difficulté, 303 personnes et servi 2 848 paniers

PHOTO PIERRE PECH.

Article du journal Sud-Ouest publié le 14 févier 2011.